Conseil scolaire catholique MonAvenir » Cultiver l’espérance

Chers parents ou membres de l’équipe du Conseil scolaire catholique MonAvenir,

Nous débutons une nouvelle année scolaire dans un contexte extraordinaire. Cette rentrée scolaire n’est pas sans susciter une certaine appréhension, voire une certaine angoisse. Que nous soyons parents, élèves ou membres du personnel, nous sommes tous affectés d’une manière ou l’autre par cette situation extraordinaire.

Cette pandémie mondiale aura aussi eu comme effet positif de provoquer un éveil des consciences accompagné d’une vague de solidarité humainen qui ravive en nous la confiance que nous ne sommes pas seuls. C’est pourquoi cette nouvelle année scolaire qui débute a pour thème : « Cultiver l’espérance. » Après nous être réunis dans l’espérance (thème de l’an dernier), la présente situation nous pousse à cultiver cette espérance qui vient de Dieu.

logo cultiver l'espérance avec arbre

« Ceux qui mettent leur espérance
dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles. »
(Isaïe 40, 31)

Peu importe ce que cette année scolaire nous réserve, cherchons à voir le monde à la lumière de la foi. C’est ce que signifie mettre son espérance dans le Seigneur, comme l’évoque le prophète Isaïe. C’est la foi qui nous pousse à cultiver cette espérance, à faire appel à notre créativité et à notre enthousiasme pour relever avec courage les défis qui se présentent à nous. Faisons appel aux dons que Dieu nous donne pour nous mettre au service de l’humanité, au service de nos enfants! (Cf. Pape François, audience du 12 août 2020)

Que nous soyons en apprentissage virtuel ou en personne à l’école, nous faisons tous partie de cette grande famille du Csc MonAvenir. Les derniers mois nous ont appris à quel point nous avons besoin les uns des autres. Demeurons solidaires et prions le Dieu de l’Espérance pour une année scolaire remplie de succès, de santé et de joie!

Que ce Dieu de l’Espérance veille sur chacun, chacune de vous et les membres de votre famille.

La présidente, Le directeur de l’éducation, Melinda Chartrand André Blais

Notes sur le thème : Cultiver l’espérance
Le thème pastoral de l’année scolaire 2020-2021 est également le thème de la Semaine de l’éducation catholique du 2 au 7 mai 2021.

Cultiver l’espérance veut dire :

Préparer la terre : comme on tourne le sol pour trouver des indications de ce qui s’est vécu dans la terre que l’on veut semer, nous prenons le temps de faire une relecture de ce que nous avons appris, vécu et perdu au cours de la dernière année. Seulement après pourrons-nous…

Semer la gratitude : Nous pouvons nous souvenir et rendre grâce pour les travailleurs de la santé, les travailleurs essentiels et les bénévoles dont les sacrifices ont contribué au bien commun durant notre temps de séparation. Ces personnes nous rappellent les « trois sœurs » – le maïs, les fèves et les courges – qui sont plantées ensemble dans les jardins de personnes autochtones pour qu’elles s’enrichissent et se soutiennent mutuellement pendant leur croissance.

Cultiver nos relations : La pandémie nous a fait prendre conscience que nous sommes tous liés. Tout est interconnectés. L’expérience de rester confiné à la maison pendant des mois a eu un impact sur nos relations avec nos familles, nos amis, nos camarades de classe et la nature. Certaines de ces relations ont été solidifiées tandis que d’autres en ont souffert. Comment allons-nous ou pouvons-nous les renouer?

Récolter de nouveaux fruits : L’expérience de la dernière année nous a aidés à reconnaître que la vie ne sera plus jamais comme elle l’était avant. Mais ce n’est peut-être pas une mauvaise chose, car la terre a besoin de guérir. Peut-être que cette pandémie pourra faire partie d’une conversion écologique – une récolte de changements – qui nous questionnera sur l’avenir, ce que sera le monde pour nos descendants, les sept prochaines générations. Comment pouvons-nous contribuer à faire surgir de nouveaux fruits de justice, de développement durable et de structures économiques plus justes?

S’émerveiller : On peut lire au début de la Genèse que lorsque Dieu termine sa création, il voit à quel point son œuvre est bonne, et se repose. Non pas que Dieu se fatigue ou se lasse, mais il s’agit plutôt d’une occasion unique de reconnaître la bonté de ce chef-d’œuvre. Nous aussi sommes invités à contempler en silence la beauté de la création; à nous tenir en vénération devant le don merveilleux de notre maison commune.

Source : Message de l’OPÉCO pour la
Semaine de l’éducation catholique
2021 – www.opeco.ca

Poème de Charles Péguy

Ce qui m’étonne, dit Dieu, c’est l’espérance.
Et je n’en reviens pas.
Cette petite espérance qui n’a l’air de rien du tout.
Cette petite fille espérance.
Immortelle. (…)

L’Espérance voit ce qui n’est pas encore et qui sera.
Elle aime ce qui n’est pas encore et qui sera
Dans le futur du temps et de l’éternité.

Sur le chemin montant, sablonneux, malaisé.
Sur la route montante.
Traînée, pendue aux bras de ses deux grandes sœurs,
Qui la tiennent par la main,
La petite espérance.
S’avance.
Et au milieu entre ses deux grandes sœurs elle a l’air de se laisser traîner.
Comme une enfant qui n’aurait pas la force de marcher.
Et qu’on traînerait sur cette route malgré elle.
Et en réalité c’est elle qui fait marcher les deux autres.
Et qui les traîne.
Et qui fait marcher tout le monde.
Et qui le traîne.
Car on ne travaille jamais que pour les enfants.
Et les deux grandes ne marchent que pour la petite.

Charles Péguy, Le Porche du mystère de la deuxième vertu, 191

Chant-thème

Petite ESPÉRANCE
​​​​​​​Jonathan Roy et Brian St-Pierre

Pour les paroles, les partitions, version instrumentale,
​​​​​​​etc. :

https://tinyurl.com/petite-esperance

© 2021 Conseil scolaire catholique MonAvenir

Éducation en langue française en Ontario

L'École Catholique Ontario